Vous êtes ici : Accueil Blog Vin des îles: San Juan, San Juan Vineyards, Verticales de Siegerrebe et de Madeleine Angevine

Vin des îles: San Juan, San Juan Vineyards, Verticales de Siegerrebe et de Madeleine Angevine

San Juan Vineyards Siegerrebe Madeleine Angevine sommelier île San Juan island
Vin des îles: San Juan, San Juan Vineyards, Verticales de Siegerrebe et de Madeleine Angevine
Madeleine Angevine 2009

San Juan, San Juan Vineyards, Verticales de Siegerrebe et de Madeleine Angevine 

L'île: San Juan

Cette île, comme l'archipel, fut ainsi nommée lors d'une expédition en 1791, par Francisco de Eliza , en l'honneur de son bienfaiteur le comte Juan Vicente de Güemes Padilla Horcasitas y Aguayo, viceroy de la Nouvelle-Espagne.

Séparée par la frontière canado-américaine, l'archipel San Juan dans l'état de Washington, est le prolongement des îles du Golfe situées entre l'île Vancouver et le continent. Ces deux archipels constituent un ensemble archéologique.

L'île San Juan, située à 48 32  N et 123 05 O, est la deuxième plus grande de l'archipel, derrière sa voisine Orcas avec ses 143 Km2 et s'élève à peine à 330 mètres avec le mont Dallas.

Elle est reliée quotidiennement par des traversiers au continent, comme les trois autres principales des 172 îles de l'archipel. 6,800 personnes y habitent à l'année, alors que l'été apporte avec le beau temps, concentré en juillet et en août, 13,000 autres résidents. Ces derniers sont surtout des retraités provenant de Californie. Le reste de l'année est pluvieux et il suffit que juin et septembre soient trop humides pour que les vendanges soient annulées comme ce fût le cas en 2011.

C'est le glacier Vashon, vieux de 2 millions d'années et d'une épaisseur de 1000 mètres, qui a formé la topographie actuelle du détroit Puget et de ses îles. Son déplacement vers le sud a sculpté les surfaces qui apparurent du quinzième au dixième millénaire avant J.C., signant la fin de l'ère glaciaire.

On trouve sur cette île au climat extrême pour la vigne, à peine 3 hectares, appartenant en majorité au vignoble San Juan Vineyards. Un dixième d'hectare planté d'Ortega est cultivé par la ferme Bellevue.

Le vignoble: San Juan Vineyard

Plantées en 1996 sans porte-greffe, les vignes de Madeleine Angevine, de Siegerrebe et de Pinot noir poussent sur une des rares pentes orientées vers le sud d'un sol surtout sableux, un peu caillouteux et argileux.

En culture raisonnée, le vignoble est protégé des chevreuils par de hautes clôtures et des oiseaux lorsque les raisins parviennent à maturité par des filets blancs. Les lièvres et les insectes comme la flavescence dorée, problématiques dans certaines cultures limitrophes, n'ont pas besoin de traitement particulier. Certains amendements de potassium sont apportés.

Ce sont les propriétaires eux-mêmes, Yvonne Swanberg et son feu époux qui ont multiplié les vignes dans leur serre. Celles-ci sont plantées à raison de 6000 ceps par hectare et sont taillées en guyot simple. Elles donnent un rendement moyen d'un quart de tonne de raisin par acre produisant 130 gallons de vin par tonne.

L'oenologue et responsable du vignoble depuis 2006, Chris Primus travaille à temps plein à l'année, aidé par quelques ouvriers. Les vendanges ont lieu habituellement au début octobre pour le Madeleine Angevine et à la mi-octobre pour le Siegerrebe. La dernière récolte viable pour le pinot noir a eu lieu en 2009, celui-ci atteignant rarement la maturité.

L'achat de raisins provenant surtout des régions de Yakima Valley et de Horse Heaven Hills permet de faire plus de vin et d'assurer des revenus stables et plus au goût du grand public, les cépages comme le Siegerrebe n'étant pas particulièrement de gros vendeurs.

La règlementation permet aux "wineries" américaines de faire des vins d'appellation en dehors des zones de ces appellations. En fait, les mentions sur les étiquettes permettent un plus ou moins grand pourcentage de lattitude. La mention la plus restrictive est "Estate grown" et précise que 100% des raisins doivent provenir des champs cultivés par la maison. Dans le cas du millésime, comme de la désignation d'un vignoble (Vineyard designation: équivalent d'un clos ou d'une parcelle), c'est un minimum de 95% des baies qui est la norme tolérée. Enfin pour l'A.V.A. (American Viticultural Area) et le cépage, ce sont respectivement 85 et 75% qui sont acceptés.

L'élevage de ces cuvées se fait en barriques françaises d'au moins un an d'utilisation. En avril et en juin, un camion vient avec une ligne d'embouteillage.

Les vins: Verticales de Madeleine Angevine et de Siegerrebe 7 septembre 2012

À chaque année, Chris vérifie l'évolution de ses vins. J'ai eu la chance de le faire avec lui cette année.

Madeleine Angevine 2006: Le temps a eu raison de ce millésime qui a perdu sa force aromatique au nez laissant en bouche un peu de poire et de craie, mais surtout de la pomme blette typique de l'oxydation.

Madeleine Angevine 2007: Ce vin est un de mes deux préférés des verticales. Plus aromatique et complexe que le précédent, on y sent et goûte le melon, la pêche et la poire. À cette dimension fruitée s'ajoute une trame herbacée et minérale qui persiste en finale plutôt longue.

Madeleine Angevine 2009: D'une couleur jaune pâle aux reflets verts, on trouve plus de fraîcheur dans ce millésime affichant une complexité avec des notes minérales, du poivre blanc, de la poire et du curcuma.

Siegerrebe 2006: Plutôt aromatique, ce vin rond et velouté est dominé par le zeste confit d'agrumes et se termine sur une touche oxydée.

Siegerrebe 2007: le vin souffre d'une réduction au troisième degré et exhale des arômes d'ail et d'oignon (éthanethiol)

Siegerrebe 2008: Sur des arômes de pêche et d'écorce d'orange où s'infiltre insidieusement l'arôme d'ail du vin précédent. La bouche est ronde et s'arrête abruptement.

Siegerrebe 2009: Le fruit commence à s'éteindre dans ce vin à la trame aromatique en retrait.

Siegerrebe 2010: Ce millésime démontre que le Siegerrebe est à son meilleur en jeunesse révélant toute sa puissance aromatique autant au nez qu'en bouche ou se prolongent le curcuma, le melon et la poire très mûre. À déguster avec un poisson blanc à la chair ferme ou une poitrine de volaille d'élevage rehaussés d'un chutney de fruits plus ou moins épicé avec un riz au cari.

Navigation